Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

... j'ai compris, pour en explorer la consistance depuis quelques années, qu'en travaillant avec l'Education Nationale il faut taire le sexe.
Et je ne parle même pas du sexe acte sexuel ! Ni du sexe organe, ni du sexe géniteur ; du sexe, je parle du sexe idée !

Une partie non négligeable de notre existence va pourtant se jouer sur ce terrain de je. De l'autre, de tout, jusqu'à porter des vêtements pour se protéger.
Comment envisager emmener une population à vivre avec ça sans jamais en parler avant, laissant ce soin au temps à la famille aux amis et autres aléas ?

"Parce qu'en parler, c'est déjà l'accepter" je me demande où en est vraiment ce monde humain social et culturel dans lequel j'habite derrière les façades de ces jardins d'enfants.

Donc pour clarifier tout ça dans un espace libre avec des images sans équivoque voici ma plaidoirie qui n'en sera pas une.

Le sexe fait partie du corps qui est un ensemble poétique capable de se régénérer, de se mouvoir, d'être autre chose qu'un porteur d'apparat, qu'un traceur de style pour devenir alors un symbole.

Voici ce qui sort de notre corps dont il est aussi



Ainsi naquit, ou finit plutôt une série, exposée il y a quelques années dans le cadre du festival de foto Clermont-Ferrandais Nicéphore  sous le titre "Ergo Sum".

Titrée sur jeu entre le fameux "(je pense) donc je suis" et la présence de cet ergot à mon anatomie qui va me permettre de donner la vie d'une manière qui pourrait remettre en question tous les fondements de la pensée actuelle quant au penser-être communément admis. Car voici ce dont je suis. Ce dont vous êtes, ce dont nous sommes. Juste avant que nous soyons.

L



Nous sommes déjà.                                     (?)






Ainsi cette deuxième foto, antérieure de 10 ans à la première, prise quelque(s) année(s) après la naissance de mon premier enfant atteste de mon opiniâtreté sur l'affirmation fotographique de ce que sera mon oeuvre pour répondre comme je le pourrai à la question qui n'en est plus une.





Je ne parlerai pas trop de Dieu non plus.


Celà dit, il y a fort heureusement la possibilité de ne pas en parler sans pour être autant obligé de se taire.















Partager cette page
Repost0